Les Experts du Secrétariat International de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives au Burkina Faso (ITIE) ont rencontré les industries minières le mardi 13 juin 2017 dans les locaux de la Chambre des Mines du Burkina. L’objectif était de s’entretenir avec les sociétés minières pour s’assurer que le Burkina Faso poursuit ses efforts de transparence dans le secteur extractif conformément aux exigences de la Norme ITIE.


Dans l’optique d’évaluer le processus de mise en œuvre de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) au Burkina Faso, Bady Baldé, directeur régional pour les pays d’Afrique Francophone au secrétariat international de l’ITIE et Gisela Granado, ,directrice pays au secrétariat international de l’ITIE, en charge du Burkina Faso,(et de la Cote d’Ivoire, de la Guinée et du Togo) se sont entretenus avec les opérateurs miniers le mardi 13 juin 2017. Les échanges ont porté sur l’impact de la mise en œuvre de l’ITIE, la participation des entreprises minières dans la mise en œuvre de l’ITIE au Burkina Faso, l’évaluation de la mise en œuvre de l’ITIE au Burkina Faso et sur l’organisation du collège des entreprises.
Les industries minières ont affirmé qu’elles participent depuis 2008 à la mise en œuvre du processus de l’ITIE-BF. Pour elles, cette participation s’est faite sans aucune contrainte. Quant aux impacts de la mise en œuvre de l’ITIE, ils sont visibles. Ainsi, le processus a permis d’améliorer le climat des affaires dans le secteur minier, de renforcer le dialogue entre les parties prenantes du secteur minier, d’améliorer les pratiques de transparence au sein des sociétés minières. De plus, selon elles, l’ITIE est un moyen qui permet aux communautés de vérifier les informations que les entreprises minières publient. Cela renforce la confiance entre les communautés et les entreprises minières.
Les représentants des entreprises minières ont tenu tout de même à formuler quelques recommandations à l’endroit de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives afin de redynamiser le processus ITIE. Les suggestions ont porté entre autres sur l’amélioration de la représentativité du secteur minier au sein du comité de pilotage, la simplification des outils de collectes de données et la prolongation des délais de collectes d’informations.
Notons que le Burkina Faso a adhéré depuis 2008 à l’Initiative pour la Transparence des Industries Minières Extractives et a acquis le statut de pays conforme à l’ITIE en 2013. Le présent processus d’évaluation aboutira à juger si le Burkina Faso a fait des progrès satisfaisants, significatifs, insuffisants ou aucun progrès.

images